CHELIDOINE MAJEURE (Chelidonium majus) (Grande éclaire, Herbe aux verr

CHELIDOINE MAJEURE (Chelidonium majus) (Grande éclaire, Herbe aux verrues, Herbe aux boucs)

CHELIDOINE MAJEURE (Chelidonium majus)  (Grande éclaire, Herbe aux verrues, Herbe aux boucs)
CHELIDOINE MAJEURE (Chelidonium majus) (Grande éclaire, Herbe aux verrues, Herbe aux boucs)

Quand on voit la quantité de noms populaires sous lesquels céteaux livres de simples, on peut s’imaginer combien cette plante, aujourd’hui considérée comme une mauvaise herbe vénéneuse, était appréciée de nos ancétres. Le mépris, dans lequel elle est tombée aujourd’hui, ne peut s’expliquer que par l’effet de la campagne de propagande lancée par l’industrie chimique pharmaceutique lors de ses débuts, pour détourner le peuple des simples et pouvoir ainsi lui vendre des médicaments chimiques. La grande éclaire a une tige ramifiée et atteint de 30 ä 80 cm de haut. Sa floraison débute en mai, se poursuit tout l’été et une partie de l’automne. Les feuilles sont dentelées et ressemblent ä celles du chàne. Quand on rompt, soit la tige, soit la racine, un suc orangé épais s’écoule. Elle pousse de préférence au sud, à la lisiére des bois, le long des murs, des clotures et des talus. Qu’elle que soit la sécheresse, la séve orange coule toujours de la partie brisée de la plante.
Méme en hiver, quand la neige recouvre tout, on peut récolter de la grande éclaire pour peu qu’on sache ou elle pousse. La plante a une action dépurative et active la production du sang. Je la conseille avec de l’ortie et de bourgeons de sureau, contre la leucémie. Toutefois, il faut boire au moins deux litres de cette tisane journellement pour obtenir un bon résultat. La grande éclaire est le meilleur moyen de guérir les graves maladies du foie si on l’utilise fraiche. On extrait le jus dans une rèpe centrifugeuse de ménage (ou au mixer, N.D.T.) en employant des plantes lavées et égouttées. On boit ce jus coupé de 2 fois son volume d’eau tiede par gorgées au long de la journée. Elle a une excellente influence sur le métabolisme par ses vertus dépuratives du sang et du foie. Contre les maladies de la bile, des reins et du foie, il faut employer la grande éclaire. Du vin de grande éclaire est employé avec succés contre la jaunisse (30 g de grande éclaire fraiche avec les racines, macérés pendant une ou deux heures dans 1/2 litre de vin blanc). Les hémorroìdes avec brélures anales, les brélures et les douleurs quand on urine, les sifflements d’oreille reluvent de son action. Dans ces cas, on peut utiliser le jus centrifugé dilué dans de l’eau tiede ou deux ä trois tasses de tisane (ébouillantée, pas bouillie) à boire par gorgées réparties sur la journée. En usage externe, on l’utilise contre les affections dermiques, les œils-de-perdrix, les verrues et les dartres inguérissables. La cataracte et les taches sur la cornée disparaissent sous son action. Le jus agit méme contre les hémorragies et les décollements de la rétine. Il faut prendre une feuille de grande éclaire, la laver, puis Écraser la tige friable entre le pouce et l’index mouillés. Le jus ainsi préparé est étalé sur l’œil fermé, en direction du coin de l’œil. Quoiqu’on n’en mette pas directement dans l’œil, celui-ci en profite. Il faut procéder ainsi pour la cataracte et la perte de l’acuité visuelle et aussi ä titre préventif pour les yeux sains en cas de surmenage. Moi-méme, j’apprécie cette action bienfaisante quand, tard dans la nuit, je réponds au courrier. Trés fatiguée, je descends au jardin, prends une feuille de grande éclaire et m’en enduis comme indiqué ci-avant. Chaque fois, j’ai l’impression bienfaisante de retirer le voile de fatigue étendu sur mes yeux. Les pharmacies homéopathiques préparent une teinture de grande éclaire dont on peut prendre dix à quinze gouttes dans un peu d’eau. Il y a quelques années, on me rapporta le cas d’une paysanne qui avait sous la paupiére gauche une induration rouge et grosse comme un pois. L’ophtalmologiste, qu’elle était allée consulter pour se faire prescrire des verres, remarqua la chose qui ne lui plut pas. Elle avait cela depuis 7 ou 8 ans sans en étre préoccupée. Le médecin fit un prélévement et l’envoya au laboratoire pour examen. C’.tait un cancer de la peau. Pour la jeune femme, ce fut un dur choc, comme vous pouvez le penser. Comme la famille de cette jeune femme fait partie de nos relations, je pus lui conseiller d’utiliser de la grande éclaire. C’était en février, aprés un hiver doux. La grande éclaire supporte l’hiver et reste verte. Je conseillai donc de déterrer une plante et de la mettre dans un pot pour l’avoir . portée de main. Elle devait se mettre du jus orange 5 à 6 fois par jour sur la partie malade. Comme l’induration était sur le bord de la paupiére, je lui fis remarquer que le jus était inoffensif pour l’oeil. Je lui dis aussi d’aller une fois par mois à Bruxelles pour une séance de rayons, comme le médecin l’avait ordonné, d’autant que ces rayons ne détruisent pas ces tumeurs, mais bien souvent attaquent les parties saines de la plaie et nécrosent les os. J’eus la joie, avant la No.l, d’apprendre que cette tumeur maligne avait disparu. Quand la jeune femme vint me voir, elle me sauta au cou dés la porte. Le médecin, à qui elle venait de rendre visite, lui avant moi lui demanda, émerveillé du résultat, ce qu’elle avait fait. .Une fois par mois les rayons à Bruxelles, répondit-elle. . Si ce sont ces rayons qui ont guéri cela, c’est un miracle! à dit-il. Au cours de ce traitement, elle avait pu entrevoir des visages rongés jusqu’a l’os par les rayons, et elle m’avoua qu’elle n’aurait jamais pu supporter cette .preuve si je ne lui avais entre temps rendu courage, foi et confiance. Encore une priére à vous tous qui lisez ces lignes: conseillez votre entourage dans un pareil cas et épargnez à votre prochain une fin horrible. A notre époque, ou l’environnement est pollué, les cas de verrues qui s’enflamment se multiplient. Elles grossissent et se transforment en cancer de la peau. Les poils sur le visage et une pousse anormale des poils sur les bras et les jambes de la femme indiquent une perturbation des reins. Les parties affectées seront badigeonnées avec du jus de grande éclaire que l’on prépare avec la centrifugeuse familiale (ou au mixer). (Ce jus se garde six mois au congélateur.) On laisse pénétrer quelques heures, on se lave ensuite avec un savon doux et on enduit ensuite la peau devenue un peu séche avec de la pommade de souci, de l’huile de camomille ou de millepertuis (voir utilisation). De plus, il faut faire une cure de tisane d’ortie: trois à quatre tasses dans la journée ainsi que des bains de siége à la préle pour améliorer l’irrigation sanguine des reins (voir préle des champs). UTILISATION Tisane: Une cuillére à thé bien remplie dans 1/4 de litre d’eau bouillante. Jus frais: Feuilles, tiges et fleurs sont à passer à la ràpe centrifugeuse (ou au mixer) aprés lavage et égouttage. Teinture: Reméde homéopathique à se procurer en pharmacie. Vin de grande éclaire: 30 g de grande éclaire avec racines sont recouverts de 1/2 litre de vin blanc. Laisser macérer 1 à 2 heures, égoutter et presser les plantes. A boire par gorgées. #remedes #naturels #sante #environnement #ecologie #pinextract #bioleven #remieldie https://www.bioleven.be/blogs/bio-leven
remedes naturels sante environnement ecologie pinextract bioleven remieldie


Laissez un commentaire
Related News
Menu principal
Cart
Close
Back
Account
Close